PERMANENCES UNION LOCALE :
du Lundi au Vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h
Samedi de 9 h à 12 h  






Dignité, condition de travail, relais routier

Bonsoir,je te laisse lire le communiqué de presse, au grand désespoir la cause légitime n'est pas encore comprise, alors que reste-t-il? les actions ? les merguez ?Il était certains qu'avec 258 restaurants routier ouvert à travers la France avec la possibilité que soient comptabilisées dans le calcul les aires d'autoroute offrant un service restaurant , nous étions en dessous des seuils permettant un service normal utile et indispensable dans notre métier.Merde c'est élémentaire dans ce métier, pouvoir se doucher manger l'accès aux toilettes PROPRES dans la dignité et le respect des personnes!tu pars toute la semaine, la solitude, le travail, ta vie PV, le relais routier est un élément indispensable au lien social !Je comprends le resto routier obligé d'ouvrir son enseigne avec une activité restreinte ne puisse tenir financièrement et préfère rester fermé.Voilà les choses sont là ! conducteurs es-tu prêt au sacrifice et montrer les muscles ? si oui les choses sont simples ! à quand le monde de la route sera solidaire et répondra avec fermeté aux conditions anormales immorales dans lesquelles nous exerçons ce métier ?j'y suis prêt et vous ? ça suffit non !! transmet mon message à la profession à la presse ! chacun doit s'impliquer et se responsabiliser, les organisation syndicale se sont bougées les fesses à vous la suite .... ensemble !Sylvain


Communiqué FO-UNCP: Une seule demande : le respecte de la dignité des conducteurs



Retraites : l'annonce du gouvernement sur le 49.3 est une attitude inacceptable

Nous venons d'être informés que le gouvernement entendait recourir au 49.3 ce jour pour terminer les débats à l'Assemblée Nationale sur le projet de loi sur les retraites. Cette attitude est incompréhensible et inacceptable.

La situation de crise, relative à l'épidémie de coronavirus, exige au contraire la plus grande solidarité nationale et par voie de conséquence l'apaisement, a fortiori sur un sujet aussi controversé, où le gouvernement est de plus en plus isolé.

FO en appelle en conséquence à stopper le processus parlementaire. Alors qu'après trois ans, le gouvernement n'a su ni expliquer, ni convaincre, et présente un projet aux projections lacunaires, incertain tant juridiquement que constitutionnellement, l'urgence n'est pas sur ce dossier, « composante majeure du contrat social », à l'arbitraire entraînant des conséquences pour les décennies et générations à venir.

C'est le plus mauvais signal qui pouvait être donné au monde du travail et aux salariés massivement mobilisés.

FO ne peut que dénoncer une telle attitude de la part du gouvernement. FO, sûre de ses analyses, maintient son refus de ce projet, en demande l'abandon et le retrait. Sa détermination ne faiblira pas.

Il va de soi que cette décision interroge d'autant plus sur le sens de la conférence dite de l'équilibre et du financement dont FO avait déjà dénoncé la nature et les contraintes !

YVES VEYRIER

Secrétaire général de Force Ouvrière




42  JOURS PLUS TARD :

UN MOUVEMENT MAJORITAIRE ET INEDIT !

La mobilisation se poursuit les 14, 15 et 16 janvier pour le retrait du projet de réforme des retraites, entraînant chaque jour de nouveaux travailleur.euses, de la jeunesse,... De nombreuses initiatives se tiennent sur tout le territoire : grève, manifestations, rassemblements, piquets de grève, etc... rassemblant à nouveau plusieurs centaines de milliers de personnes.

Malgré les annonces du premier ministre et après 6 semaines d'un mouvement social inédit, dont nous nous félicitons, la population soutient toujours majoritairement la mobilisation contre ce projet absurde et injuste (60% de soutien, au baromètre Harris Interactive du 14 janvier). La communication gouvernementale visant à nous expliquer à nouveau que ce projet est « juste et simple » se heurte à une opinion publique qui voit bien qu'il s'agit de nous faire travailler plus longtemps pour des pensions plus basses.

Majoritaires ensemble, les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, MNL, FIDL exigent le maintien des régimes de retraite existants par répartition solidaire et intergénérationnelle, fondés sur un système par annuités.

L'intersyndicale porte des propositions pour améliorer les droits de toutes et tous dans le régime de retraite actuel. Elles s'appuient sur les cotisations sociales et les richesses créées par le travail.

Il faut augmenter les salaires dans le privé et les rémunérations dans le public, mettre en œuvre immédiatement l'égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes. Il faut développer l'emploi stable, mettre fin à la précarité particulièrement de la jeunesse et prendre en compte les années d'étude. Les plateformes numériques doivent être soumises à cotisation.

Nous exigeons la fin ou la compensation des exonérations patronales, la réorientation des crédits d'impôts aux entreprises vers le régime des retraites et l'élargissement de l'assiette de cotisations afin d'inclure tous les travailleur.euses dans le régime par répartition et d'éviter toute ouverture à la capitalisation. Il est indispensable de préserver les réserves de tous les régimes de retraite.

La lutte contre la fraude et l'évasion fiscale doit être une priorité avec l'instauration d'une contribution sociale pour la protection sociale sur les revenus du capital.

C'est pourquoi les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF, UNL et FIDL appellent à réunir des assemblées générales pour continuer et amplifier encore


la mobilisation afin d'obtenir le retrait de ce projet et l'ouverture de véritables négociations sur la base de nos propositions.

Nos organisations appellent l'ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salarié.es le décident. Elles appellent à des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, les 22 et 23 janvier. Elles proposent d'organiser dans toutes les villes des « Retraites aux flambeaux » ou autres initiatives le jeudi 23 au soir.

Elles appellent à faire du vendredi 24 janvier, date du conseil des ministres qui devrait examiner le projet de loi, une journée massive de grève et de manifestation interprofessionnelle.


ON COMPTE SUR TOI !VIENS NOUS REJOINDRE LE JEUDI 16 JANVIER 2020 15h00 - Place de la Gare à Dunkerqueavec drapeaux et gilets 



Appel à la grève et la mobilisation le 5 décembre contre la retraite universelle par points.


Résolution adoptée par le Comité confédéral national 25 & 26 septembre 2019


Pourquoi FO est opposé à la réforme des retraites ? - Episode 49


Ne riez pas, c'est pour demain !!!